Blog Post Image: <strong>Hervé Bezet</strong> – <em>IMAGE #1928</em>

Hervé Bezet - IMAGE #1928

Hervé BezetIMAGE #1928

Boucle sur écran| 15:09 | France

1928 images, 4 sons différents, une voix robotique, des matrices calculatoires pour interpréter une image, tous ces éléments se mettent en place durant un quart d’heure de célébrité mondiale…
Le travail de Hervé Bezet multiplie les gestes de déconstruction des mythes fondateurs du vidéographique et les questionnements qui eux-mêmes alimentent une telle appétence de chercher ce qu’il en est de l’image en mouvement…  de son pouvoir, de sa diffusion et circulation, y compris de ses transformations fantasmatiques. C’est pourquoi diverses œuvres s’arc-boutent, à définir par le jeu,  par des « copies » revues et corrigées, les moments de la réalisation d’un film; comme elles s’interrogent, sur ce que l’on appelle film, or désormais cela concerne ce que l’on appelle image quand elle est construite sur- pour- avec l’écran qui la diffuse. L’image calculée à savoir produite par une composition binaire en O/1. En effet, cette «  icone » (sans accent circonflexe) – là est produite sur la machine même qui peut la diffuser, machine informatique.
Cet opus se plaît à appliquer à la lettre- de la durée- une maxime répétée à l’envie : « le quart d’heure de célébrité » sans l’épithète « télévisuelle », qu’y ajoutait Warhol  tant il pensait la télévision comme vecteur de célébrité… Warhol avait, en ce sens, créé une émission, où il invitait les célébrités : Fifteen Minutes/ Quinze minutes, diffusée une fois par semaine sur MTV- chaîne du câble new yorkais, et dirigeait Andy Warhol T.V., société  de productions avec studio et cinq employés.
IMAGE#1928 le sait qui calcule, en temps dit, le portrait de l’artiste pluridisciplinaire, Warhol dans le process numérique qu’il n’aurait pas hésité à adopter. IMAGE#1928  ramène ce faisant l’icône – avec accent- à son statut en construction en chiffre et en acte.
Hervé Bezet creuse les potentialités actuelles, sans refuser le processus filmique, cela induit à considérer le titre de son installation de 2008, Réseau de neurones  comme sa propre métonymie.
Simone Dompeyre – Directrice du festival Traverse video – Juin 2011