Blog Post Image: <strong>Alexei Dimitriev</strong> – <em>Dubus</em>

Alexei Dimitriev - Dubus

Alexei DimitrievDubus

Projection | 02:00 | Russie

Alexei Dimitriev produit une partition musicale en fragments de footage de Sun Valley Serenade, de Citizen Kane, de Casablanca, de Some Like It Hot et de Sur les quais en un retour enjoué vers cette période hollywoodienne qui, entre 1940 et 1960, défendait le jazz en incluant, en parfait effet de réel, la scène canonique de l’orchestre.
Dubus en retient description des instruments et de leur pratique, découverte des musiciens blancs et noirs, des danseurs de spectacles de claquettes ou des jeunes filles de revues, en fond de romance voire en prétexte narratif puisque le couple pianiste de bar et jeune fille chante de part et d’autre de l’instrument. Il y intègre les danseurs en couple mais en danse porté très amplement par les phrasés rythmés.
En effet, les fragments dansent, les plans opèrent des rythmes qui leur font suivre une cadence ; rythmes qui, cependant, en refus de toute naïve nostalgie, mêlent au jazz de l’électronique et du dub ainsi que – après l’assassinat de King Tubby le 6 février 1989 – des groupes britanniques l’avaient initié en développant un son plus radical et violent que le dub originel. Ils y introduisaient des tables de mixage, de boîtes à rythmes et de synthétiseurs.
Depuis les types de dub se rencontrent jusqu’aux projets de « dub hybride » dont certain développe un dub planant orchestré comme une musique de film… Alexei Dimitrev très astucieusement renverse la processus, il revient aux films de plaisir musical, il en fait des instruments ou des samples pour notre plaisir sans contrainte et avec humour devant le déhanchement de l’image en accord avec le son directeur du musicien et chanteur russe Zelany Rashoho. La musique-montage prime.