Blog Post Image: <strong>Myriam Ramousse</strong> – <em>Planète terre an 2060</em>

Myriam Ramousse - Planète terre an 2060

Myriam RamoussePlanète terre an 2060

Photographie | France

Myriam Ramousse projette le visiteur dans un avenir proche et dessine une archéologie du futur,
à la découverte de ce que fut notre ère. Composé de trois ensembles qui se complètent – une
série de photos, une vidéo et une installation – l’espace met en scène l’exploration imaginaire
d’un monde après la catastrophe, qui laisse entrevoir le devenir des êtres vivants de notre
planète.
Les 17 photos de spécimens naturels réalisées à l’occasion d’une campagne de photographie dans les
réserves du Muséum d’Histoire Naturelle de Montauban. Recouverts d’une bâche protectrice, ces animaux –
cervidés, rongeurs, oiseaux – constituent pour les futurs habitants de la terre des témoignages précieux sur
la planète et la faune qu’elle abrite.
Rassemblant plusieurs spécimens prêtés pour l’occasion par le Muséum, l’installation et la vidéo qui
complètent la série photographique évoquent leur redécouverte lors d’une expédition scientifique imaginée à l’horizon 2060. L’artiste utilise ici les codes de la science-fiction pour interroger le futur, la rencontre avec
l’«inconnu», qui est « autre » en même temps qu’une partie de nous-mêmes.
« La lumière de la lucarne éclaire nos frères dénaturés et pourtant d’ici quelques décennies c’est cette
représentation du vivant qui deviendra unique et inestimable.
Ersatz de notre passé, de notre culture, de notre propre histoire.
Conte de l’absurde qui régit notre monde, où l’inconscient se mélange à la réalité, où le passé n’est que
notre avenir.
Créatures de l’au-delà, images diluées d’une fable enfantine, gardiens du silence, ils sont là en trompe l’oeil,
pour nous rappeler leur existence, leur légende, leur destin et surtout notre propre échec face à la
disparition de cette vie sauvage, de sa diversité et de son énergie
La science-fiction sait déceler les germes de ces dérives dans le présent, car c’est bien du présent que rayonnent les avenirs possibles, et c’est au présent que se décide chaque jour le monde de demain… »