Blog Post Image: <strong>Thomas Lasbouygues</strong> – <em>Géothermie</em>

Thomas Lasbouygues - Géothermie

Thomas LasbouyguesGéothermie

Boucle sur écran | 10:36 | France

Géothermie, garde les traces du voyage en Islande du réalisateur : Thomas Lasbouygues. La vidéo transforme les paysages typiques, par ses fragments en relecture numérique pour une partition variant plans fixes/plans en mouvement, comme autant de blanches et de noires. Un compteur s’inscrit tout au long de la déambulation, il déroule le temps. Cependant la perturbation de l’image, par fragmentation, accélération, invente sa propre densité temporelle.
Et le réalisateur se fait peintre quand loin d’un simple constat en appel au sursaut écologiste, il réactive le regard sur cette terre. La bande sonore participe à cette convocation de prise de conscience ; elle associe à des sons métalliques et à ceux de la machine numérique, le bruit du vent et des sons captés de la nature.
Géothermiecomme de nombreux termes scientifiques se colle à l’étymon, ici le grec géo/la terre agglutiné à thermos/chaleur ; la dite science étudie les phénomènes thermiques internes du globe terrestre ainsi que la technologie qui les exploite. C’est aussi parfois l’énergie géothermique issue de l’énergie de la Terre, convertie en chaleur. Thomas Lasbouygues dérive de la réflexion sur le réchauffement vers celle sur l’image numérique/calculée des phénomènes thermiques.
Les images s’apparentent à celles des caméras de surveillances. Le paysage est ainsi analysé, surveillé, alors que l’image est questionnée par les altérations et effets qui lui sont affectés.
Les paysages sont désertés et gris y compris paradoxalement les plans de volcan alors que l’écriture calculée les entraîne vers le fictif. La terre abîmée est mise en parallèle à l’image « abîmée » par les effets numériques. L’image est aussi contrôlée que son sujet. La vidéo est doublement réflexive. Si compteur, titre et sous-titres déplacent l’image dans le registre scientifique, elle ne s’y enferre pas, nous emportant en un élan poétique. Le travail de Thomas Lasbouygues s’approche du paysage en un double sens par sa fonction esthétique / le paysage-genre comme dans son apport par le biais de données physiques à la pensée écologique / le paysage partie du monde. Cette relation science / poésie numérique prouve son double engagement pour la terre et pour la création numérique.