Blog Post Image: <strong>Laura Bonnefous</strong> – <em>Relics</em>

Laura Bonnefous - Relics

Laura BonnefousRelics

Photographie | France

Il est commun de dire qu’une photographie rend la présence de celui qu’elle portraiture, d’autant que c’est son usage social… Pourtant dans les portraits séparés par d’autres figures prolongeant l’étrangeté de leur abord, s’immisce une distance attirante. De jeunes personnes hommes et femmes, torse nu ou en vêtement simple – l’heure n’est pas à la photo de mode; genre que Laura détourne ailleurs, avec piquant – posent, avec d’étranges accessoires dans l’incongruité absolue.
Sans titre autre que celui désignant leur particularité, ils deviennent l’homme à la lampe quand métallique, elle occulte son visage / la femme à la clef plate et la femme aux poissons dans le détournement du regard, pourtant considéré comme l’indice le plus personnalisant. Tous en sont fascinants. Très loin de l’univers robotique, ces êtres hybrides font pourtant signe vers un a-humain.
Êtres prothétiques.
Cependant l’univers de Laura Bonnefous s’éloigne des expériences à la Stelarc – troisième bras ou connexion technologique le dirigeant – les éléments rajoutés ne sont pas des succédanés d’impossibilité pour l’humain ; ils ne visent pas à lui donner des capacités surhumaines tout au contraire, ils sont fragiles. Ils interdisent que l’on réduise l’image à une ressemblance voire à une identité avec son référent. Ces portraits insufflent que l’image compose un autre que celui qui fut derrière l’objectif… que l’image est trace – Relics les nomme l’artiste – qu’elle est monde flottant entre l’être et son absence.