Blog Post Image: <strong>Elise Anciaux</strong> – <em>Sur le rêve</em>

Elise Anciaux - Sur le rêve

Elise AnciauxSur le rêve

Projection | 01:29 | Belgique

L’intrusion en mouvement désordonné d’une toute petite chambre. Du plafond de planche badigeonnée au lit une place, et défait qui accueille celle dont la main éteint la lumière. Images analogiques jouant la carte de l’amateurisme, elles sont catalyses du rêve annoncé… rêve étrange puisqu’il se joue en animé. Animation de lettres sur musique Twist, apparaissant/disparaissant à ce rythme, ainsi que la suite naissant par association jusqu’à former une phrase bilan. « J’ai tant vécu que je ne suis plus d’ici ». L’ici serait ce plan zénithal urbain sans grands indices localisateurs d’autant plus que des teintages divers lui ôtent toute naturalité…
Le rêve prend le même itinéraire, pose des questions sur l’identité censée se décrire selon les envies émises ; celles-ci découvrent des domaines si divers que leurs énoncés saturent l’espace : voyages mais aussi mourir, pleurer mais aussi plaisir. Un OUI prégnant a devancé non seulement ces propositions mais une mosaïque de fragments de corps ; construire du sens s’avère difficile quand l’afflux des composants n’est plus géré par la veille… Toujours emballé par la musique, le principe de déplacement de l’onirique est comblé : trois mêmes photos d’une enfant et des éléments d’un « je », dont le doigt de l’empreinte digitale. Sous l’inorganisé manifeste, le rêve a réclamé une variation très organisée des traits d’animation.