Blog Post Image: Mon Nom est Welles, Orson Welles (16 Fragments d’une biographie légendaire)

Frédéric DanyMon Nom est Welles, Orson Welles (16 Fragments d’une biographie légendaire)

Vidéo | 1:35:33 | France

L’artiste dit : “Une biographie légendaire suppose que le mensonge soit porteur de vérités.
Creuser les œuvres d’Orson Welles, les détruire par amour, les démembrer par souci du vrai comme du faux.
Rendre les images âpres et sauvages, comme l’était Orson Welles sous ses allures de séducteur.
Profaner l’artiste pour lui rendre hommage.
Considérer son œuvre comme un palimpseste où se dissimule la vérité de l’être.
Puis recoller les morceaux, recomposer ce qui s’apparente à une biographie légendaire.”

et “C’est en regardant à plusieurs reprises les films d’Orson Welles dans leur chronologie, que j’ai découvert un personnage multiforme, singulier, maître d’une mascarade inquiétante et réjouissante. Cet attracteur étrange me parut plus fidèle à l’auteur que l’auteur lui-même vantant son travail sur des plateaux de télévision. Par un travail de collage/décollage visuel et sonore, je suis parti dans la profondeur de ses films en quête d’un personnage légendaire, persuadé qu’Orson Welles se révélait par le mensonge de ses vies rêvées sur grand écran. Le projet vit le jour par fragments. Plus d’une vingtaine. Cette version écourtée en dévoile quelques secrets. Certains faux, d’autres vrais ; mais les faux le sont par dévotion et, dans un souci de découvrir au-delà des apparences de l’homme public, quelques vérités intimes sur le poète-cinéaste. Dans cette version, Orson Welles se rêve couronné, maudit ; il a un frère jumeau ; une tendance à considérer l’amour comme une tauromachie ; un goût pour les mascarades et les cauchemars ; le désir d’être célébré après sa mort par de jeunes poètes partageant ses propres désillusions. Ce projet m’a pris de nombreuses années. Il est multiforme : la forme d’un roman illustré, Le Grand Attracteur, et d’une vidéo romancée Mon Nom est Welles, Orson Welles.”

“C’est mon vrai secret. Et vous êtes le premier homme à qui je l’ai dit. Je ne sais pas qui je suis” Gregory Arkadin alias Orson Welles