Blog Post Image: <em>On a stormy day</em>

Gil Zablodovsky & Lali TsipiOn a stormy day

Vidéo | 2:24 | Israël Venir voir cette oeuvre

Dans les profondeurs de la biographie, Lali est exposée aux racines de ses errances obsessionnelles dans le monde. La maison est toujours un mobil-home qui s’enroule autour et se détache d’elle par intermittence. Sa maison d’enfance a été déracinée sous la contrainte et la rendue sans-lieu. on a stormy day fait se succèder le déplacement d’une maison chaleureuse, aimante, stable, plantée en terre, le sentiment d’aliénation dans une nouvelle terre, une nouvelle langue et l’incapacité de se sentir stable, de se conduire hors de l’égalité. Le déplacement de la terre et de la langue maternelle défie Lali comme poète tout au long de son écriture. Le sentiment de persécution de la terre d’où elle était déracinée la tourmente et pleure en quête d’amitié à l’aube de l’enfance. Aux racines.

——

In the depths of the biography Lali is exposed to the roots of her obsessive wanderings in the world. The house is always a mobile home that wraps around it and detaches from it intermittently. Her childhood home was uprooted out of coercion and made her an outcast. Emissions accompany her writing with all that entails: displacement from a warm, loving, stable home, planted in the ground, a sense of alienation in a new land, a new language and the inability to feel stable, to conduct oneself out of equality. Displacement from the land and the mother tongue will challenge Lali as a poet throughout her writing. The feeling of persecution of the land from which she was uprooted torments her and cries out for fellowship at the dawn of childhood. To the roots.

Site de l’artiste