Auto Da Fé

André GoldbergAuto Da Fé

Vidéo | 01:00 | Belgique
Venir voir cette oeuvre

L’Autodafé est un acte de destruction publique, par le feu, de livres ou de manuscrits, sous couvert de purification religieuse. Le mot agglutine une formule portugaise, auto da fé/acte de foi dont l’origine remonte aux tribunaux de l’Inquisition espagnole et portugaise, à la fin du XVe siècle.

Trois téléviseurs à tubes cathodiques renversés, à même le sol, métaphore du chaos qui aurait tout bousculé. Sur chacun des écrans des collages photographiques constitués de diapositives argentiques monochromes couleur/les Rouge, Vert et Bleu, en format 6×6, collées les unes aux autres forment un vitrail.

Le système RVB est le système colorimétrique employé par la photographie et la vidéo -et nos écrans- pour la restitution du spectre colorimétrique perçu par l’œil humain.
En transparence, des images d’archives rappellent des actes de vandalisme d’œuvres du patrimoine culturel universel :

– La destruction du site archéologique de Palmyre en Syrie en 2015 par Daech.

– La destruction des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan en 2001 par les Talibans.

– Le bûcher des Autodafés de mai 1933 à Berlin provoqué par la campagne contre l’esprit non allemand organisés par les Nazis.

Ces images d’archives sont l’écho des flashes d’actualités qui inondent nos écrans de télévision par le filtre des émissions d’information et que nous voyons de loin, à l’abri dans notre confort moderne, sans savoir comment réagir face à cette violence faite à la culture, au savoir et à l’histoire.

Cette installation participe d’une réflexion plus large sur l’obscurantisme et la censure, notamment des œuvres artistiques et intellectuelles, elle poursuit le questionnement de Entartete Kunst, München, 1937 et Dessein intelligent, programmées aussi.

Site de l’artiste