Dyfodiaith : Iaith Bwystnon (maladie de la langue)

Paul Eastwood Dyfodiaith : Iaith Bwystnon (maladie de la langue)

Installation | 22:00 | États-Unis

Dyfodiaith explore les langues sauvages et les langues annulées ainsi que le contexte historique et futur des langues indigènes du Royaume-Uni.
Faisant comme si le brittonique était resté une langue vivante, ayant évolué au cours des siècles, Dyfodiaith chante en une langue spéculative qui se nourrit de cette langue ancienne brittonique. La parole dite de Dyfodiaith s’avère, par là, essentiellement intraduisible. Cependant en travaillant dans cette langue hybride passée-future, Eastwood interroge les constructions du langage, les notions de l’altérité et le potentiel du multilinguisme.

Bien que la langue soit le motif de Dyfodiaith, le terrain de recherche d’Eastwood est celui de l’intraduisible. Eastwood parle gallois et travaille en collaboration avec le linguiste Llyr Titus et le compositeur Samuel Barnes, pour cette œuvre, l’artiste a réuni une équipe de linguistes et d’écrivains de renom pour en créer la langue particulière, une langue à la fois pour l’avenir et pour le passé, un mélange de gallois et de nombreuses autres langues celtiques, survivantes et mortes. Il qualifie son travail complexe puisqu’il crée une œuvre dans une langue inconnue, pour « un public qui n’existe pas encore », en désirant ne pas aliéner ni irriter les audiences ainsi constituées.

Paul Eastwood dont la pratique explore l’art comme forme de production sociale et de récit culturel, travaille le texte, la sculpture, la performance, la vidéo, le dessin, la gravure et le textile. Il invente des histoires et des futurs qui s’interrogent sur les manières de communication des identités culturelles, par les lieux et les objets.

Site de l’artiste