Widow’s walk

Jil Guyon Widow’s walk

Installation | 06:23 | États-Unis

Tourné dans le sud de l’Islande, Widow’s Walk suit l’avancée d’une femme seule en robe noire, talons et longue ceinture déroulée, comme poussée par des forces hors de son contrôle, dans ce paysage quasi apocalyptique. En écho à Sisyphe, condamné à grimper et à redescendre d’une colline désolée dans l’inutile effort d’accomplir la tâche imposée en punition de son forfait, faisant de ce mythe, une métaphore du dilemme existentiel, elle est, par ailleurs, déstabilisée par des souvenirs troublants et un avenir précaire. Des intertextes archétypaux planent au-dessus de ce travail, ouvrant un espace symbolique dédié au questionnement des actions de la femme ayant subi une perte.

Jil Guyon revient à cette emblématique figure pour en dire long sur la féminité.
Jil Guyon est une artiste américaine pluridisciplinaire, elle pratique la performance, l’art visuel comme le médium numérique. WIDOW SERIES est le nom qu’elle donne à une série ouverte d’œuvres solo, fondées sur le mouvement et dédiées à la scène, à l’écran et à l’impression. Chaque opus invite la même figure de femme, la Veuve en robe noire, chaussée de talons hauts, sa ceinture se déployant en image de sa lamentation. Des échos d’archétypes – la star de cinéma, la femme fatale, la survivante, la vagabonde solitaire – planent en cet espace performatif, formant une arène symbolique pour l’investigation du comportement féminin dans les périodes de perte, de deuil.
La Veuve de ces espaces filmiques s’avère emblématique de la femme seule, entraînée, par des forces inconscientes, dans un espace inattendu. Alors qu’elle traverse des paysages changeants, la désolation de son for intérieur se reflétant dans son environnement, en est le témoin. L’autobiographie se combine à l’étrange, la poésie provoque la Catharsis dans ce récit visuel non-linéaire, sans intention particulière si ce n’est qu’elle invite à nouer des liens intuitifs entre son histoire personnelle, ses gestes et ses idées.

Vigil de Jil Guyon est également programmée, au Cinéma Le Cratère.

Shot in southern Iceland, Widow’s Walk portrays a lone woman wearing a black dress, heels, and unfurling belt, driven into a quasi-apocalyptic landscape by forces beyond her control. Fated with the Sisyphean task of walking up and down a desolate hill in an effort to conquer her grief, her existential dilemma is further destabilized by troubling memories and a precarious future. Archetypal subtexts hover over the work, creating a symbolic arena for the investigation of female agency in the wake of loss.

Site de l’artiste