Blog Post Image: phantomeJPG

Tanya St-Pierre et Philippe-Aubert Gauthier La production fantôme

Le diptyque The Phantom Production – La production fantôme aborde la relation entre l’image filmée et son alter-ego calculé : l’image de synthèse. nouvelle forme d’image désormais omniprésente dans la lignée historique, culturelle et technique de la photographie et du cinéma. L’automatisation mécanique de l’appareil photo a produit la caméra cinématographique et fondé les bases du cinéma. Avec l’avènement de la vidéo analogique, puis numérique, le statut de la caméra demeure. L’avènement de l’image de synthèse issue d’un calcul numérique n’a pas éradiqué la domination de cet objet technique, ni de son idée, l’idée de la caméra. Paradoxe de la culture visuelle numérique actuelle : elle se cale sur des apparences cinématographiques pourtant issues d’une autre ère technologique de l’image en mouvement. Truchement sournois et banal de la « remédiation » des techniques et cultures médiatiques, c’est ce qui solidifie la tendance persistante du photo-réalisme. Avec La production fantôme , la remédiation par le photo-réalisme s’inspire, ici, de l’imitation du mouvement filmique : reconstruction calculatoire et cartésienne d’une trajectoire filmique rendue possible par des décennies et des siècles de perspective, de sciences et de cultures optiques. Avec cette installation vidéo diptyque, les tensions entre séquences vidéo tournées et synthétiques proposent un processus de production cinématographique interrompu, ouvert à l’analyse critique.