FITISOP

Aubadja FITISOP

Installation | 5:09 | France

“”Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux
paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.”
Marcel Proust

Fitisop ou le positif inversé est la projection recto-verso d’un aller et du
retour d’un trajet en train, riche chacun de 4000 photos réunies en ces deux
séquences en mouvement.
D’un côté au sens propre puisque l’installation demande de se mouvoir aussi,
défile le paysage de l’aller mais lui-même voyage déjouant la fixité de l’
écran: à l’endroit, à l’envers, en boucle, à l’infini : et de l’autre côté,
à aller chercher, le voyage-retour s’opère en négatif alors que le son pensé
en corrélation joue cette idée du déplacement et il s’avère complexe de
différencier le mouvement de l’avancement du celui du recul.

La surface de diffusion réclame une position centrale, son emplacement
bénéficie de la grandeur de la salle ainsi y déambule-t-on en un voyage
sans fin, s’y extrait-on de la condition du passager assis, pour être ce
spectateur d’un trajet dont la fenêtre serait devenue opaque –
paradoxalement avec image- et dipolaire. Les sources sonores, idéalement
dissimulées à l’intérieur font vibrer le support, font vivre la matière
qu’elle soit solide ou souple. Les grondements de basses fréquences à
intervalles régulières rappellent les soubresauts ressentis lors d’un
déplacement, les irrégularités d’une route, de notre chemin afin de créer un
décalage avec la fréquence de la captation d’images.

Le point de départ pour entreprendre est le déplacement physique ou mental :
quitter un endroit, se rendre quelque part ou agencer le fils de ses
pensées. Fitisop met en exergue ce point de départ, période de déplacement
avant l’action d’une entreprise personnelle par le voyage.
Un jeu de point de rassemblement s’opère alors. À quel moment nous
retrouvons-nous au même endroit des deux côtés ? Cet endroit est-il toujours
le même ? Sourdent sous une fausse ressemblance par ce mouvement incessant,
les différences latentes. Si le trajet est le même, la chronologie diffère,
la lumière évolue, les humains participant à ce paysage mouvant.
Fitisop provoque le voyage dans la position immobile, le passager avance
bien moins pour observer le paysage que les paysages multipliés se déroulent
sous ses yeux en un récit poétique, métaphore de l’existence.

Site de l’artiste