Le Balayeur

Jean-Paul Espaignet Le Balayeur

On ne décide pas de prendre une photographie comme on décide de peindre un tableau. La plupart du temps je « rencontre » une photographie, dans un site, ou par un événement, ou par les deux à la fois. Chaque photographie prise individuellement possède son propre intérêt graphique mais fait partie d’un ensemble. Ainsi chaque ensemble est-il constitué d’individualités qui, assemblées, alignées dans un arrangement global recrée une composition qui a sa propre autonomie. Mon travail est là, en premier découverte, capture de la matière, du sujet, action spontanée ; puis travail de réflexion, organisation des volumes, des couleurs, de la lumière, choix ; un peu comme un chasseur cueilleur récolte la matière puis la transforme pour la rendre présentable, consommable.

Mes expériences dans le monde de l’art et de la création m’ont amené à considérer les lieux d’exposition et de spectacle comme une nouvelle matière à mettre en œuvre dans ce que j’appelle mon univers d’image. Les lieux où l’on expose et où l’on s’expose sont passionnants car ils sont les seuls endroits où les humains font partie intégrante de l’œuvre que je veux créer. Ils viennent en contrepoint, en écriture, dans des endroits qui sont conçus pour les œuvres d’art, statiques dans leur grande majorité. Cette association entre les personnages regardeurs, les lieux, généralement équilibrés, beaux et bien éclairés et les œuvres d’art chargées de leur sens, est souvent un miracle d’équilibre dans la composition. Cette mise en abyme, les regardeurs sont regardés puis réexposés dans mes photographies et peut-être regardés par eux-mêmes, m’intéresse par la complicité qui me lie à eux. Je fais également partie des regardeurs et peut-être fais-je partie de leur monde, une façon de créer un lien peut-être. D’autres photographies, pour la plupart en montage également peuvent m’entraîner dans une foule beaucoup plus anonyme, multiple où l’énergie dégagée par le mouvement ou la variété infinie des silhouettes, des visages me fascine.